• Aurélien

Start-up / Scale-up

Une start-up peut être définie comme une jeune entreprise innovante à fort potentiel de croissance et dont le « product – market fit » n’est pas encore pleinement déterminé. Steve Blank, gourou de Stanford, pose ainsi la différence entre la start-up et une petite entreprise : “La Start-up est une organisation temporaire à la recherche d'un business model rentable, duplicable et scalable”.



Il faut noter que contrairement aux idées reçues, l’innovation d’une start-up n’est pas obligatoirement technologique, elle peut être de différentes natures et de différents types (voir les travaux de Joseph Schumpeter). Blablacar par exemple a créé un service, une offre qui était inexistante, avec un modèle économique dont les paramètres n’étaient pas définissables au lancement, c’est une innovation. De plus, les start-up peuvent émerger sur tous les secteurs d’activité : la multiplication des termes comme “Med-Tech”, “Bio-Tech”, “Food-Tech” ou encore “Clean-Tech” depuis quelques années en est la preuve.


La scale-up se différencie de la start-up par sa phase de croissance. En effet, la scale-up peut être définie comme une start-up qui a validé son adéquation produit-marché, qui connaît une forte croissance, qui a validé un business model et qui dégage des bénéfices (ou ne le fait pas volontairement pour soutenir la croissance mais pourrait le faire), et qui s’est structurée. Les perspectives de développement d’une scale-up sont souvent liées à des acquisitions stratégiques ou à une internationalisation.


Généralement, une start-up se met en position de devenir une scale-up après avoir réalisé quelques tours de financements. Le statut de start-up est temporaire mais pas limité. Certaines start-ups vont réussir à trouver l’adéquation produit / marché et un business model validé après plusieurs pivots en plusieurs années, d’autres le feront en quelques trimestres, et d’autres ne trouveront pas de business model viable même après plusieurs années.


En somme la principale différence est que la start-up a un potentiel de croissance encore incertain, et que la scale-up a confirmé ce potentiel et maitrisé sa croissance. Ainsi, les scale-ups représentent un investissement moins risqué. Il faut noter que, ayant un stade de maturité différent, les start-ups et les scale-ups ne feront appel au même type d'investisseurs (voir la définition sur les différentes Séries).

Questions en lien :

  • Est-ce que mon projet d’entreprise rentre dans la catégorie de start-up ou d’entreprise traditionnelle (entreprise avec moins de potentiel de croissance mais avec des investissements d’avantage sécurisés car ayant un business model établi et maitrisé) ?

  • Quel est le stade de maturité de ma start-up ? Peut-elle encore être qualifiée comme telle ?


Cette définition a été rédigée dans le cadre du "Dico pratique de la levée de fonds" réalisé conjointement par Legal Insight, Rainmakers et MG Consulting. Entrepreneurs, retrouvez sur nos blogs les 99 mots essentiels pour vous préparer.